ALLOCUTION DE S.E.M. ALASSANE OUATTARA A LA PRESENTATION DES VŒUX AU CORPS DIPLOMATIQUE

ALLOCUTION DE S.E.M. ALASSANE OUATTARA A LA PRESENTATION DES VŒUX AU CORPS DIPLOMATIQUE

ALLOCUTION DE S.E.M. ALASSANE OUATTARA A LA PRESENTATION DES VŒUX AU CORPS DIPLOMATIQUE

Monsieur le Vice-Président de la République ;
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Madame et Messieurs les Présidents d’Institutions ;
Messieurs les Ministres d’Etat ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Excellence Monsieur le Nonce Apostolique, Doyen du Corps diplomatique ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Membres du Corps
diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales
accréditées en Côte d’Ivoire ;
Mesdames et Messieurs les Consuls Honoraires ;
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs de Côte d’Ivoire au Département central ;
Mesdames et Messieurs ;

C’est avec un plaisir renouvelé que je retrouve les membres du Corps diplomatique et les Représentants des Organisations Internationales accrédités en Côte d’Ivoire, à l’occasion de cette traditionnelle cérémonie d’échanges de vœux de Nouvel An.

Excellences Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,
Mesdames et Messieurs les Consuls Honoraires,

Le Doyen du Corps diplomatique, Monseigneur Joseph SPITERI, vient de m’adresser, de même qu’à mon épouse, à ma famille ainsi qu’au Gouvernement et au peuple de Côte d’Ivoire, vos vœux de Nouvel An, ainsi que ceux des Souverains, Chefs d’Etat et Dirigeants des Organisations internationales que vous représentez.

Ces propos aimables témoignent de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui existent entre la Côte d’Ivoire et les Etats et Organisations dont vous êtes les Représentants.

En retour, je forme pour vous-même, pour vos familles respectives, pour les Souverains et Chefs d’Etat ainsi que pour les Dirigeants des Organisations que vous représentez, des vœux de santé et de bonheur, de paix et de prospérité.

Je voudrais, aussi, vous remercier très sincèrement pour vos chaleureuses et cordiales félicitations à l’occasion de l’anniversaire de ma naissance.

Excellence Monsieur le Doyen du Corps diplomatique,
Excellences, Mesdames et Messieurs,

Cette cérémonie m’offre l’occasion de vous exprimer, au nom du peuple et du Gouvernement ivoiriens ainsi qu’en mon nom propre, notre profonde gratitude pour les actions que vous menez en faveur de la consolidation des relations de la Côte d’Ivoire avec les pays et les Organisations que vous représentez.

Je voudrais, également, saisir cette occasion pour souhaiter la bienvenue et réitérer mes félicitations aux nouveaux Ambassadeurs, qui m’ont présenté leurs lettres de créance, au cours de l’année 2017.

Excellence Monsieur le Doyen du Corps diplomatique,
Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’année 2017 a été marquée par plusieurs évènements majeurs.

Il s’agit notamment de l’élection de la Côte d’Ivoire en qualité de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2018 - 2019, de la nomination du Vice-Président de la République, conformément à la Constitution de la IIIe République, de la nomination d’un nouveau Premier Ministre ainsi que de la fin de la mission de l’ONUCI.

Notre pays a également accueilli plusieurs grandes rencontres internationales dont la conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique,
la 44e session des Ministres des Affaires Etrangères de l’OCI, le 7e Forum Africain de la révolution Verte, les 8es Jeux de la Francophonie, le Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales, la 19e Conférence Internationale sur le SIDA (ICASA 2017).

De plus, l’organisation du 5e Sommet Union Africaine - Union Européenne, la première réunion du genre en Afrique subsaharienne, est le témoignage de la confiance que la communauté Internationale place en la Côte d’Ivoire.
Cette importante rencontre, qui a enregistré une participation record des Etats de l’Union Africaine et de l’Union Européenne a confirmé non seulement la capacité organisationnelle de la Côte d’Ivoire pour ce type d’évènements majeurs mais aussi sa traditionnelle hospitalité.

C’est le lieu de réitérer toute ma reconnaissance aux Souverains, Chefs d’Etat et de Gouvernement qui ont bien voulu faire le déplacement d’Abidjan.

Excellence Monsieur le Doyen du Corps diplomatique,
Excellences Mesdames et Messieurs,

La Côte d’Ivoire a œuvré au cours de l’année écoulée, au développement, à la consolidation, au raffermissement et à la diversification de ses relations d’amitié et de coopération.
Les visites de haut niveau, la tenue de Commissions mixtes et de forums économiques démontrent le choix de la Côte d’Ivoire de coopérer avec tous les Etats,sans exclusive.

En effet, le Roi Mohammed VI du Maroc, la Princesse Astrid de Belgique à la tête d’une délégation composée de Dirigeants et Représentants de 134 entreprises belges, les Présidents du Ghana, de la Guinée-Bissau, du Liberia et très récemment l’Emir du Qatar, nous ont fait l’honneur et l’amitié d’effectuer des visites officielles en Côte d’Ivoire.

A ces visites, s’ajoutent celles des Ministres des Affaires Etrangères du Brésil, de l’Espagne et de la Chine, qui m’ont transmis des messages d’amitié de leur Chef d’Etat et m’ont traduit leur volonté d’œuvrer au renforcement de la coopération avec la Côte d’Ivoire.

Pour ma part, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai effectué des visites officielles en Sierra Leone, en Guinée, au Nigeria, au Liberia, au Ghana et au Portugal.
C’est, aussi, avec le même enthousiasme que j’ai pris part aux cérémonies d’investiture des Présidents Nana AKUFO-ADDO du Ghana et Joao Manuel Gonçalvès LOURENCO d’Angola, à qui je réitère mes vœux de plein succès dans leurs missions.

Toutes ces visites ont été l’occasion de faire l’état de notre coopération bilatérale et d’examiner les perspectives de leur renforcement et de leur diversification.

A cet égard, je voudrais souligner l’impulsion nouvelle que le Président Nana Akufo Addo et moi-même avons décidé de donner à la coopération entre nos deux pays, avec la signature, à Accra, d’un Accord de Partenariat Stratégique dans des domaines prioritaires.

Ce modèle de partenariat que nous souhaitons privilégier, permettra à nos pays de révéler tout le potentiel de notre coopération et de nos échanges.

Le renforcement de nos relations bilatérales devrait se poursuivre en 2018, avec des visites officielles que j’envisage d’effectuer dans un certain nombre de pays, et auxquelles je souhaite donner un cachet économique particulier.

Cette volonté de parvenir à une coopération plus fructueuse et plus féconde avec nos partenaires s’est également traduite par la signature de plus de soixante-dix Accords avec des Etats d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique.

Outre les visites bilatérales, l’année 2017 a, également, été l’occasion de renforcer les relations de la Côte d’Ivoire avec les partenaires multilatéraux.
Ainsi, les Directeurs Généraux de l’OMPI et de l’UNESCO, de même que la Secrétaire Générale de l’OIF nous ont fait l’amitié de visiter la Côte d’Ivoire au cours de l’année écoulée.

Monseigneur le Nonce Apostolique,
Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’attachement du Gouvernement ivoirien à la paix, la sécurité, la lutte contre le changement climatique ainsi que le développement durable, ont conduit la Côte d’Ivoire à être présente à d’importantes réunions internationales.

J’ai personnellement pris part à la 72e Session de l’Assemblée Générale de l’ONU, où j’ai eu l’occasion de réaffirmer l’engagement de la Côte d’Ivoire en faveur de la paix et du dialogue, de la lutte contre le terrorisme et le changement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris.

C’est fort de cet engagement que j’ai répondu, à l’invitation du Président français, Emmanuel Macron, à participer au « One Planet Summit » qui s’est tenu à Paris, le 12 décembre dernier.

Je me félicite des décisions importantes qui ont été prises en vue du financement de la lutte contre le changement climatique.

Excellences Mesdames et Messieurs,

L’année 2017, à l’instar des années précédentes, a connu son lot d’horreurs et de barbarie avec notamment le phénomène migratoire et celui du terrorisme.

Au cours de mon intervention à la tribune de l’Assemblée Générale des Nation Unies, en septembre 2017, j’ai évoqué les défis des flux migratoires non régulés qui exigent davantage de solidarité internationale, comme l’ont souligné les conclusions du 5e Sommet UA/UE.

Aux tristes tableaux des drames des traversées de la méditerranée, l’actualité de la fin de l’année 2017 a plongé le monde dans l’indignation, avec l’exemple ignoble de la vente, en Libye, de migrants en provenance de l’Afrique subsaharienne.

Comme je l’ai indiqué à maintes reprises, la résolution de la question migratoire doit se faire dans le cadre d’un partenariat stratégique assumé entre l’Europe et l’Afrique, par des engagements forts.

La Communauté internationale devra, donc, s’efforcer de trouver des solutions pérennes à cette vive préoccupation qui prive nos pays de milliers de leurs enfants.
Bien évidemment, la Côte d’Ivoire y prendra toute sa part.

Quant au terrorisme, il n’épargne aucun continent avec son cortège d’horreurs. La Côte d’Ivoire, pour sa part, continuera à être fermement engagée aux côtés des autres Etats dans le combat contre ce fléau, notamment par une coopération efficace en matière de renseignements.

A cet égard, nous nous félicitons du déploiement du G5 Sahel et nous entendons faire de cette force et de la lutte contre le terrorisme l’une de nos priorités au Conseil de sécurité.
Je voudrais saluer l’action des pays membres du G5 Sahel : le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie.

Je salue, aussi, la France pour son soutien et la lutte qu’elle mène contre les groupes terroristes au Sahel, ainsi que le Nigeria qui est en train de gagner son combat contre Boko Haram.

Dans le cadre de l’engagement de la Côte d’Ivoire pour la réalisation de l’intégration régionale et sous régionale, j’ai également pris part à la 29e Conférence de l’Union Africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie.

Lors de ce Sommet, qui a examiné le rapport du Président rwandais, Paul Kagamé, sur l’état de mise en œuvre de la réforme institutionnelle de l’UA, j’ai salué l’idée d’un mécanisme de prélèvement de 0,2% du PIB pour le financement des activités de l’Organisation continentale.

A cet égard, j’ai procédé à la signature d’une ordonnance en vue de l’application effective de cette fiscalité par la Côte d’Ivoire.

L’évaluation de la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continental (ZLEC), l’examen de la situation de paix et de la sécurité sur le continent ont, aussi, été à l’ordre du jour de cette importante rencontre. Sur tous ces sujets, les positions de la Côte d’Ivoire ont été appréciées.

La Côte d’Ivoire a, également, été présente aux 51e et 52e Sessions de la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la CEDEAO, qui se sont respectivement tenues à Monrovia en juin 2017 et à Abuja en décembre dernier.

La Côte d’Ivoire a eu l’insigne honneur d’être désignée pour occuper la Présidence de la Commission de la CEDEAO, et la candidature de notre compatriote, le Ministre Jean-Claude BROU, a été proposée en qualité de Président de la Commission, à compter du 1er mars 2018.

Enfin, dans le cadre de l’accélération de l’intégration monétaire ouest-africaine, j’ai participé à Niamey, au Niger, au Sommet extraordinaire de la CEDEAO sur les questions monétaires.
Cette rencontre a examiné les possibilités de parvenir à une zone monétaire unique à l’horizon 2020.

Excellence Monsieur le Nonce apostolique,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques,

Au moment où nous entamons cette année nouvelle, il est impérieux que nous puissions apporter des réponses collectives aux défis qui nous interpellent tous, à savoir : la migration et l’emploi des jeunes, le terrorisme, la menace à la paix et à la stabilité, le changement climatique.

Face à ces défis, qui constituent des enjeux majeurs en ce 21e siècle, nous devons, tous ensemble, nous mobiliser et nous engager à y apporter des réponses audacieuses, innovantes et durables. L’avenir de notre jeunesse et celui de notre planète en dépend.

C’est sur cet engagement que je voudrais clore mon propos, en réitérant à chacune et à chacun de vous, à vos Souverains et Chefs d’Etat, aux Dirigeants des Organisations internationales que vous représentez, mes meilleurs vœux pour l’année 2018.

Je vous remercie.

Close