ALLOCUTION DE SEM ALASSANE OUATTARA LORS DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA 7EME EDITION DU FORUM SUR LA REVOLUTION VERTE EN AFRIQUE (AGRF)

ALLOCUTION DE SEM ALASSANE OUATTARA LORS DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA 7EME EDITION DU FORUM SUR LA REVOLUTION VERTE EN AFRIQUE (AGRF)

ALLOCUTION DE SEM ALASSANE OUATTARA LORS DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA 7EME EDITION DU FORUM SUR LA REVOLUTION VERTE EN AFRIQUE (AGRF)

Madame Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Liberia,

Messieurs les Présidents Olusegun Obasanjo, John Kufuor et Jakaya Kikwete,

Monsieur le Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire,

Monsieur le Premier Ministre de la République Togolaise, représentant le Président Faure Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO,

Monsieur le Ministre de l’Agriculture du Ghana, représentant le Président Nana Akufo- Addo.

Monsieur le Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire,

Madame et Messieurs les Présidents d’Institutions de la République,

Monsieur le Président du Conseil d’Administration du Forum sur la Révolution Verte en Afrique,

Monsieur le Président de la Banque Africaine de Développement,

Monsieur le Président du Fonds International de Développement Agricole,

Madame la Représentante du Président de la Commission de l’Union Africaine,

Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO,

Monsieur le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural de Cote d’Ivoire,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et membres du Corps Diplomatique,

Mesdames et Messieurs les Elus,

Honorables Chefs traditionnels et religieux,

Mesdames et Messieurs les Présidents et membres des coopératives et faîtières agricoles,

Chers producteurs agricoles,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir à Abidjan à l’occasion de la 7ème Edition du Forum sur la Révolution Verte en Afrique (AGRF). Akwaba à toutes et à tous en terre ivoirienne! 

Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à Madame Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Liberia pour sa présence à cette rencontre.

Madame la Présidente, chère Soeur,

Merci d'avoir répondu favorablement à notre invitation. Votre présence illustre notre solidarité dans notre combat pour une Agriculture africaine moderne, source d’emplois et de richesses pour nos pays. Je remercie également le Premier Ministre de la République Togolaise, représentant le Président Faure Gnassingbé et le Ministre de l’Agriculture du Ghana, représentant le Président Nana Akufo-Addo.

Je voudrais rendre hommage aux Présidents Olusegun Obasanjo, John Kufuor, Jakaya Kikwete ainsi qu’au Secrétaire Général Kofi Annan, pour avoir initié, dès 2010, le Forum sur la Révolution Verte en Afrique.

Merci à vous, pour cette plateforme qui permet de mobiliser tous les acteurs en faveur du développement inclusif et des investissements vitaux dans le secteur agricole. Vos contributions et votre leadership ont permis de donner à l’AGRA le rayonnement et la crédibilité dont il jouit aujourd’hui.

Je voudrais féliciter M. Strive Masiyiwa, Président du Conseil d’Administration de l’AGRF et le Dr Akinwumi Adesina, Président de la Banque Africaine de Développement, pour la parfaite organisation de ce Forum. Je les remercie d’avoir porté leur choix sur la Côte d’Ivoire pour abriter cette 7ème Edition du Forum sur la Révolution Verte en Afrique.

Je salue enfin la présence du Président du Fonds International de Développement Agricole ainsi que des hauts Responsables des Institutions partenaires de l’AGRA, notamment la Commission de l’Union Africaine, l’Agence Internationale de Développement des Etats Unis, la Fondation Bill et Melinda Gates, le Programme Alimentaire Mondial et l’Union Européenne.

Excellences,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Le secteur agricole en Afrique représente en moyenne 16% du PIB de nos pays et fournit du travail à environ 60% de nos populations. Dans de nombreux pays africains, l’Agriculture est aujourd’hui source de création d’emplois, de richesses et de développement durable et inclusif. Un rapport récent de l’OCDE décrit bien cette dynamique du secteur agricole, en notant que plus de la moitié du recul de la pauvreté est imputable à la croissance des revenus agricoles, contre 10 % seulement à celle des revenus non agricoles.

Cependant, l’Afrique qui dispose de 65% des terres arables au monde, continue d’importer pour plus de 35 milliards de dollars US pour la nourriture de subsistance de ses populations. Ce chiffre pourrait atteindre 100 milliards en 2030. La productivité de l’Agriculture demeure encore très faible en Afrique. Les gains obtenus dans ce domaine sont largement dus à l’augmentation des superficies cultivées avec les conséquences en matière de déforestation.

Les modes de productions sont généralement archaïques et utilisent très peu d’intrants améliorés.

Alors que les développements de la recherche et de la technologie ont connu un bon prodigieux au cours des dernières décennies, l’accès aux semences à haut rendement, aux engrais, aux techniques d’irrigation et à la mécanisation restent une préoccupation. Il en est de même du savoir-faire et de la sécurisation de l’accès au foncier. Un autre défi à relever est de maintenir, tout en développant notre agriculture, une cohabitation harmonieuse entre agriculture et forêt, en vue de contribuer à l’atténuation des effets du changement climatique sur les activités agricoles et à la séquestration de carbone.

Enfin, l’on observe que les investissements aussi bien publics que privés, dans le secteur agricole et dans le développement rural, ne sont pas suffisants pour faire face au besoin en infrastructures, en énergie ou encore pour créer la valeur ajoutée et les emplois nécessaires pour retenir les jeunes qui désertent le monde rural pour aller dans les zones urbaines ou émigrer hors d’Afrique.

Excellences,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Face à ces défis, la Côte d'Ivoire, qui a une superficie de 322 000 Km2 et une population de 24 millions d’habitants, a entrepris des reformes importantes depuis 2012.

Ceci a permis à notre pays de réaliser des performances économiques remarquables au cours de ces cinq (5) dernières années, avec un taux de croissance économique moyen de 9%, grâce notamment au dynamisme du secteur agricole. La production totale, toutes cultures confondues, est ainsi passée de 16 millions de tonnes en 2011 à 24 millions de tonnes en 2016.

La Côte d’Ivoire qui a consolidé sa place de 1er producteur mondial de cacao, est devenue:

• 1er producteur mondial d’anacarde ;

• 1er producteur mondial de noix de cola ;

• 1er producteur africain d’hévéa ;

• 1er exportateur africain d’huile de palme ;

• 1er producteur africain de banane dessert ;

• 1er exportateur africain de mangues. 5/6

Ces performances se traduisent surtout par des revenus stables distribués aux producteurs, qui sont passés de plus de 3000 milliards FCFA (5.5 Milliards US) en 2011 à près de 6000 milliards FCFA (11 Milliards US) en 2016, soit l’équivalent du budget national.

Excellences,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

La transformation du secteur agricole africain requiert une volonté politique, des réformes courageuses, un financement soutenu dans la recherche, les infrastructures et l’énergie ainsi qu’un partenariat international solide, incarné aujourd’hui par l’AGRA. Lors de l’Edition de 2016 de l’AGRF, des annonces de financement d’environ 30 Milliards US ont été enregistrées.

Je me félicite de ce que ces annonces aient été suivies d’effets comme nous venons de le constater au cours de la session précédente sur le « respect des engagements ».

Nous saluons en particulier les efforts constants de la Banque Africaine de Développement (BAD), à travers son programme « Nourrir l’Afrique », et du Fonds International pour le Développement de l’Agriculture (FIDA).

Au regard des besoins énormes, estimés à 400 milliards de dollars US, je voudrais encourager l’adhésion d’un nombre plus important de partenaires en soutien aux efforts des pays africains. A cet égard, je salue l’intérêt exprimé par Yara, l’Union Européenne et la Banque Mondiale.

Je voudrais également me féliciter de l’initiative d’un « Plan Marshall » avec l’Afrique pour favoriser l’établissement d’une paix et d’un développement durables, proposée par le Gouvernement Allemand lors de la Conférence de haut niveau du G20 sur l’Afrique en juin dernier, à Berlin.

Excellences,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Un partenariat crédible et une mobilisation soutenue des ressources pour financer l’Agriculture en Afrique dépendront également du respect des engagements pris à Malabo par les Etats Africains.

C’est pourquoi, je suis heureux de vous annoncer que la Côte d’Ivoire respectera ses engagements en matière de financement de l’Agriculture et reste disposée à soutenir toutes les actions des Organisations régionales et sous régionales en faveur du développement de l’Agriculture.

C’est sur ces mots que je déclare ouverte l’Edition de 2017 du Forum sur la Révolution Verte en Afrique.

Je vous remercie.

 

Close