« DÉCLARATION D’ABIDJAN » « LA CÔTE D’IVOIRE ET LE GHANA ENSEMBLE POUR FAIRE FACE AUX DÉFIS DE ÉCONOMIE CACAOYÈRE »

« DÉCLARATION D’ABIDJAN » « LA CÔTE D’IVOIRE ET LE GHANA ENSEMBLE POUR FAIRE FACE AUX DÉFIS DE ÉCONOMIE CACAOYÈRE »

« DÉCLARATION D’ABIDJAN » « LA CÔTE D’IVOIRE ET LE GHANA ENSEMBLE POUR FAIRE FACE AUX DÉFIS DE ÉCONOMIE CACAOYÈRE »

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Partenariat Stratégique, qui lie
la République de Côte d’Ivoire et la République duGhana, les deux Chefs d’Etat, S.E.M.
Alassane OUATTARA et S.E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, ont eu une concertation
consacrée à l’économie du cacao, dont les deux pays assurent 60% de l’offre mondiale.

A l’issue de leurs échanges, les deux Chefs d’Etat ont décidé de faire la déclaration
intitulée « Déclaration d’Abidjan » :
- Considérant les fortes fluctuations des cours du cacao sur le marché international,
marquées par une chute de l’ordre de 40 % en 2017 ;
- Considérant que cette baisse a eu un impact défavorable sur les revenus de plusieurs
millions de petits producteurs de cacao, ainsi que sur les recettes budgétaires des deux pays ;
- Conscients de l’importance du cacao pour les économies du Ghana et de la Côte d'Ivoire ;
- Désireux d’accélérer la mise en œuvre de leur politique commune, visant à mieux défendre
les intérêts des producteurs de cacao, ainsi que ceux des économies des deux pays.

Les deux Chefs d’Etat :
1. Réaffirment leur volonté de définir une stratégie commune, en vue de trouver une solution
durable à l’amélioration des prix perçus par les producteurs de cacao de leurs pays respectifs;
2. S’engagent à harmoniser leurs politiques de commercialisation du cacao ;
3. Conviennent d’annoncer chaque année, de manière concomitante et avant le début de la campagne,
le prix aux producteurs ;
4. Conviennent d’intensifier la collaboration en matière de recherche scientifique sur la
protection des plants de cacao, l’amélioration des variétés, notamment, d’adopter et de mettre en
œuvre un programme régional de lutte contre la maladie du Swollen shoot ;
5. Affirment leurs engagements à transformer la majeure partie de leur production nationale dans
leurs pays respectifs ;
6. Invitent le secteur privé, notamment le secteur privé africain, à investir massivement dans
la transformation du cacao en Afrique ;
7. S’engagent à promouvoir conjointement la consommation du cacao sur les marchés locaux, régionaux
et émergents ;
8. Décident que la concertation entre les deux pays sur la gestion de leurs filières cacao se fera
de façon régulière.

FAIT A ABIDJAN, LE 26 MARS 2018

Close