Programmes sociaux

L’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens est quotidiennement au coeur de nos préoccupations et de notre action. Elle revêt plusieurs facettes aussi importantes les unes que les autres. Ainsi, accéder à l’eau potable et à l’électricité, bénéficier des services d’assainissement, pouvoir effectuer des déplacements quotidiens, accéder aux services de santé, à l’éducation ainsi qu’au logement contribuent à améliorer le bien-être de nos populations. Lors de mon premier mandat, nous avons augmenté les revenus d’une très grande majorité des ivoiriens, nous avons accru l’accès des populations à l’eau potable ainsi qu’à l’électricité tant en zone urbaine qu’en zone rurale. Nous avons amélioré l’accès à l’éducation en la rendant obligatoire, en formant de nouveaux enseignants et en construisant 20 872 nouvelles salles de classe. Nous avons construit et réhabilité des hopitaux et des centres de soins, mis en place la Couverture Maladie Universelle (CMU), commencé un vaste programme de construction de logements y compris des logements sociaux. Nous avons pu nous rendre compte que les besoins sont encore énormes. Nous avons donc décidé, dans le cadre de ce deuxième mandat, d’accélérer la mise en oeuvre des mesures actuelles tout en renforçant les actions en vue d’améliorer le pouvoir d’achat des Ivoiriens en continuant à améliorer leurs revenus. Enfin, pour les plus démunis, nous allons mettre en place un programme social qui leur donnera accès aux services publics de base.

 

1. L’accessibilité des services sociaux de base : santé et éducation

Notre vision de la société ivoirienne de demain ne saurait se faire sans un large accès de nos populations à des services de santé
et d’éducation de qualité. Pour ce faire, nous allons mettre en oeuvre les actions suivantes

Au niveau de la santé
Nous voulons que chaque Ivoirien puisse avoir accès à des soins de qualité dans un centre de santé quel que soit le quartier,
le village, la ville ou le campement qu’il habite ; quel que soit son niveau de vie.

Mesures clés au niveau de la santé

  • continuer à améliorer l’offre et la qualité des services de santé en construisant, réhabilitant et équipant :
    - 450 Établissements Sanitaires de Premiers Contacts (ESPC) ;
    - 5 nouveaux hôpitaux généraux ;
    - un centre de Médecine Nucléaire ;
    - les CHU, CHR.
  • renforcer la gouvernance du secteur de la santé ;
  • favoriser l’utilisation des services de santé par les population,s grâce à la mise en place de la Couverture Maladie Universelle
    (CMU) et la poursuite de la gratuité des soins pour la mère et l’enfant ;
  • finaliser la construction et l’équipement du centre national de la radiothérapie et d’oncologie médicale.

Au niveau de l’éducation

L’ambition est de fournir à toute notre jeunesse une éducation de qualité qui lui permette de contribuer au développement de
notre pays, en la préparant au marché de plus en plus compétitif du travail et en lui permettant de rivaliser sans complexe avec
des compétences venues d’ailleurs. Au cours de ces quatre dernières années, nous nous sommes attelés à accroitre la capacité
des établissements scolaires et à former de nouveaux enseignants. Au cours de ce nouveau mandat, nous voulons continuer à
accroitre la capacité de notre système scolaire, mais nous voulons aussi renforcer la qualité de l’enseignement afin d’améliorer
son adéquation avec les besoins du marché de l’emploi.

Mesures clés :
Au niveau des reformes :
  • continuer la mise en oeuvre du programme de l’école pour tous ;
  • intégrer plus fortement le secteur privé dans l’élaboration des programmes de l’enseignement technique, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle ;
  • accélérer le développement de l’enseignement technique et la formation professionnelle ;
  • améliorer l’employabilité des diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, à travers la révision du BTS et l’accélération de la réforme LMD.

Au niveau des infrastructures :

  • construction de 13 475 salles de classe au préscolaire et primaire ;
  • construction et équipement de 816 collèges, 59 lycées généraux et techniques ;
  • réhabilitation et équipement de 1452 salles de classes ;
  • accélération de la construction de lycées de jeunes filles avec internat ;
  • intégration progressive des TIC à l’école ;
  • distribution de manuels et kits scolaires afin de réduire les barrières de scolarisation ;
  • extension des Universités (Nangui Abrogoua, Alassane Ouattara, Péléforo Gon Coulibaly, Lorougnon Guédé, Université de Grand-Bassam) ;
  • construction et équipement de nouvelles universités (Man, Bondoukou, San- Pedro, Adjaké, Bouaké, Abengourou, Odienné, Daoukro) ;
  • construction, réhabilitation et équipement des infrastructures et résidences universitaires.

2. Le droit à l’eau potable et à l’électricité

Au terme de mon premier mandat, nous avons permis à des centaines de milliers d’Ivoiriens d’avoir accès à l’eau potable ainsi qu’à l’électricité. Nous sommes conscients que beaucoup reste à faire. Notre vision de la Côte d’Ivoire est celle où tout ivoirien a accès à l’eau potable et à l’électricité. Pour ce faire, nous allons accélérer la production et la distribution de l’eau potable. Nous allons faire de même dans le secteur de l’électricité en nous appuyant sur le secteur privé, afin de doubler notre capacité de production au cours de ces 5 prochaines années.

Au niveau de l’eau potable

Les axes d’intervention :

  • renforcement de la gouvernance du secteur pour en assurer la stabilité financière ;
  • renforcement des capacités humaines, techniques et financières des acteurs du secteur de l’eau potable ;
  • sécurisation des ressources mobilisables pour l’alimentation en eau potable.

Les projets opérationnels :

  • réaliser 30 000 branchements subventionnés par an pour les ménages à faibles revenus ;
  • réaliser 500 forages équipés de pompes à motricité humaine à travers le pays ;
  • réaliser des systèmes d’Hydrauliques Villageoises Améliorées sur toute l’étendue du territoire ;
  • alimenter en eau potable 31 nouvelles localités en Hydraulique Urbaine.

Au niveau de l’électricité

Notre ambition est de réaliser d’ici 2020, l’électrification de toutes les localités de plus de 500 habitants :

  • renforcement de la gouvernance du secteur pour en assurer sa santé financière à long terme
  • construction de 7 centrales hydroélectriques au cours des 5 prochaines années, dont celles de Soubré, de Grigbo-Popoli, de Lougah
  • construction de deux centrales à charbon de 2 x 350 MW chacune à l’Ouest de notre pays
  • connexion de 200 000 ménages par an au réseau électrique jusqu’en 2020, notamment les plus démunis (en milieu rural, périurbain et urbain) ;
  • électrification des localités rurales isolées par systèmes d’énergie renouvelable ;
  • accroissement des infrastructures de production et de distribution d’énergie électrique.

3. Le cadre de vie et les logements

L’élan économique actuel de la Côte d’Ivoire accélère l’urbanisation. Les besoins sont de plus en plus nombreux et un problème de logement se pose
avec plus d’acuité pour les familles les plus modestes. Notre volonté, à terme, est de permettre à chaque famille de Côte d’Ivoire d’avoir accès à un logement et de permettre à un maximum d’ivoiriens de réaliser leur rêve d’en être propriétaire. Pour ce faire, nous allons continuer la construction de logements sociaux, travailler à la réduction des coûts de construction et faciliter l’accès au financement immobilier à long terme.

Mesures clés :

  • production de 250 000 logements sociaux et économiques dans les 5 prochaines années ;
  • facilitation de l’accès des populations aux logements par des mécanismes financiers simplifiés ;
  • collaboration avec le secteur bancaire afin de permettre aux banques de financer des crédits immobiliers à 15 ans et plus ;
  • maîtrise de la planification territoriale et de l’urbanisation et constitution de réserves foncières ;
  • renforcement de l’urbanisation par l’élaboration/actualisation des plans et schémas directeurs d’urbanisme des chefs-lieux de région ;
  • gestion durable des déchets solides et liquides et des déchets dangereux ;
  • organisation durable de la collecte, du transport et du traitement des déchets solides ménagers et assimilés dans les villes.

4. La mobilité des personnes et des biens

L’amélioration de l’offre de transport en commun des personnes contribuera à réduire la pénibilité et les coûts de ceuxci et contribuera à améliorer le pouvoir d’achat des Ivoiriens. Une amélioration de la fluidité du trafic routier en zone urbaine contribuera également à une réduction des temps de transports, une amélioration de la sécurité et une réduction des nuisances environnementales. Nous avons constaté cela avec la mise en service du pont Henri Konan Bédié. Nous allons au cours de ce nouveau mandat continuer à accroitre l’offre de transport public et continuer à bâtir des infrastructures et services de transport.

Mesures clés :

  • réalisation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan entre Adjamé et le Plateau ;
  • acquisition d’un parc de 2000 autobus pour la SOTRA ;
  • développement des services de transports lagunaires ;
  • réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya ;
  • remblaiement de la baie lagunaire de Biétry.

5. L’accompagnement des plus démunis

Malgré nos efforts, certains de nos concitoyens vivent encore dans la pauvreté et de ce fait sont privés de l’accès aux services sociaux de base. Leur santé est précaire, l’avenir de leurs enfants sans éducation est hypothéqué. Il est du devoir de la République de leur tendre la main, de leur manifester de la solidarité de la Nation en leur offrant une aide sociale temporaire, en attendant qu’ils trouvent une activité génératrice d’un minimum de revenus.

Mesures clés :

  • mise en place d’un programme d’aides aux populations démunies ;
  • accès gratuit aux soins de santé ;
  • accès gratuit à l’éducation des enfants ;
  • financement d’actions génératrices de revenus pour les mères des familles démunies.

Close
Jeux de la Francophonie